« Jamais eu de doute »

FCGLes cris de joie ont été nombreux dans les vestiaires après la rencontre. Les acteurs « Rouge & Bleu » de la victoire grenobloise sur Toulouse n’ont pas caché leur satisfaction après cette victoire, en soulignant les qualités mentales des joueurs, après les deux essais encaissés en début de deuxième mi-temps.

 

Hendrik Roodt : « C’est un match difficile. C’était mon premier match au Stade des Alpes. Sans les supporters, cela aurait été beaucoup plus difficile. Nous pouvons juste les remercier d’avoir été présents aujourd’hui. On est resté soudé jusqu’à la fin. Il n’y a jamais eu de doute, je n’ai jamais douté, même après leurs deux essais. Je pensais qu’on pouvait gagner ce match. Quand je suis rentré sur la pelouse, je me disais "Ce soir, c’est notre soir". Je nous sentais très bien depuis le coup d’envoi, on n’a jamais douté ! »

 

Rida Jaouher : « Forcément heureux. Battre le Stade Toulousain, ça n’arrive que très rarement. Nous sommes vraiment des privilégiés, parce qu’on les a battus deux fois au Stade des Alpes. La force du groupe est qu’on ne laisse plus la place au doute, on panique beaucoup moins et on a gagné en maturité. Quand on a pris ces essais-là, on s’est dit que ce n’était pas très grave et qu’il fallait remonter au score. Petit à petit, on a grappillé les points, on a repris de la confiance et cela nous a permis de réaliser cet exploit. »

 

Julien Caminati : « Sur le match, on se met un peu en danger tout seul. Mais notre force est qu’on ne lâche jamais rien. Quand tu joues au Stade des Alpes, t’es obligé de te surpasser à un moment donné. On n’a pas lâché, même si on était en danger en début de deuxième mi-temps. On ne s’est pas affolé. Et on a réussi à l’emporter et c’est tant mieux pour la suite. Il faut rester très humble. La phase aller se termine. Le championnat est très serré cette année, et le maintien n’est pas encore assuré. Mais si on continue à travailler comme cela… »

 

Fabrice Landreau : « Une victoire qui s’est dessiné sur le tas, mais qui nous est tout de même revenue. On s’est mis dans la difficulté en étant cueilli à froid, notamment par le deuxième essai. Malgré tout, cela ne nous a pas déstabilisés plus que ça, et on est tranquillement revenu dans la partie, en s’appuyant sur nos points. Même les maladresses que l’on a commises ne nous ont pas perturbés plus que ça. James Hart nous a permis, grâce à sa botte, de recoller au score. Et puis Julien Caminati nous a vraiment redonné espoir en inscrivant cet essai incroyable, plein de puissance. Ensuite, on a retrouvé le cœur, la solidarité qui nous ont permis de tenir le score jusqu’à la sirène. [Après les deux essais toulousains] On n’était pas forcément dominé sur les impacts, on avait une bonne maîtrise de la mêlée en deuxième mi-temps. Sur les ballons portés, on sentait qu’on pouvait les mettre en difficulté. On a essayé de faire quelques mouvements, même s’ils n’ont pas toujours été productifs, pour déstabiliser les toulousains. Ils se sont mis à la faute. On apprend à chaque match. Ce qui est intéressant aujourd’hui, c’est que, malgré le fait d’être dominé au score, on a essayé d’avancer, de construire méthodiquement notre victoire. Ça nous a souri, tant mieux. Ça valide tout le travail qui a été effectué. Et cela enlève toute la frustration de la défaite à Bayonne ! »

 

logo fcg ticket

 

2014-06-06-ABO-360

FACEBOOK

logo fcg buky

 

logo fcg newsletter