Fabien Gengenbacher interviewé

10-11-Fabien-GengenbacherFabien Gengenbacher répond aux internautes

 

Vous avez posé beaucoup de questions à Fabien Gengenbacher, une synthèse en est faite qui se résume au travers des 8 questions suivantes, il vous répond..... Prochaines questions à Roland Bernard.

 

 

 

INTERNAUTES  : Fabien, depuis le début de la saison tu joues à l'ouverture mais aussi à l'arrière, as-tu une préférence?

Fabien Gengenbacher :

Non je n’ai pas de préférence. J’ai plus ou moins fait les 2. Le poste de 10 est un poste intéressant, il demande des grandes responsabilités. Dès qu’on fait un mauvais choix c’est vu par tout le monde .C’est le lien entre les avants et les ¾. Les deux me conviennent. Tant que je joue je suis content !

 

INTERNAUTES : Tu travailles ton après rugby, comment arrives-tu à concilier les deux objectifs, sportif et après rugby ?

Fabien Gengenbacher :

Ce n’est pas très difficile, il suffit de le vouloir. Ça me permet d’être dans un milieu qui m’est inconnu, je rencontre des gens différents, je parle d’autres choses etc. Le monde du sport est précaire, ça peut s’arrêter du jour au lendemain. Il faut y être préparé. Tous les joueurs si ils le veulent peuvent avec quelques efforts préparer leur reconversion. Moi j’ai la chance de tomber sur une très bonne entreprise, DPF. Je remercie DPF et ContactDPro.

 

INTERNAUTES  : Dernièrement, contre Bordeaux, tu as été capitaine pour la 1ere fois : quelles impressions ? Est-ce une pression supplémentaire avant, pendant et après le match ?

Fabien Gengenbacher :

J’aurais préféré finir avec une victoire ! Mais j’étais très fier et très content d’être le capitaine de l’équipe. Mes co-équipiers me l’ont bien rendu car on a fait un bon match. Ce n’est pas une pression supplémentaire, ça ne change pas ce que tu as à faire sur le terrain. Il suffit de faire passer des messages et de réguler les choses sur le terrain.

 

INTERNAUTES : Plusieurs joueurs, dont toi, s'entraine à botter au FCG , mais le rôle de buteur n'est pas souvent partagé. Mais ne pourrais-tu pas prendre une partie de ce boulot quand ça tourne moins rond ?

Fabien Gengenbacher :

C’est un geste qui avec ma blessure au genou (ndlr : opération des croisés) , m’a fait longtemps mal. J’essaye de revenir petit à petit mais à l’heure actuelle il y’a des botteurs plus performant que moi au FCG. Mais si il faut reprendre le « tie » je le reprendrai !

 

INTERNAUTES  : Hugo, 10 ans aimerait devenir arrière. Il adore botter. Aurais-tu quelques conseils à lui donner ?

Fabien Gengenbacher :

Il faut travailler toutes les formes de jeu au pied car à l’arrière on en a besoin. Pour être performant au tir au but il faut y passer du temps tout les jours. Mais c’est un beau poste où on peut prendre des initiatives et s’amuser.

 

INTERNAUTES  : Comment gères-tu les changements de saison avec chaque fois le départ de tes anciens potes ?

Fabien Gengenbacher :

L’amitié ne s’arrête pas sur le terrain. Ça ne nous empêche pas de nous voir régulièrement quand on a des week-ends de repos. Les routes se séparent mais nos amitiés ne s’arrêtent pas aux choix sportifs des uns et des autres.


INTERNAUTES : En parlant dans les tribunes avec les supporters, nous aimerions que tu relances un peu plus, que tu prennes plus d initiatives pour percer les défenses, car tu as tendances a trop utiliser le pied ce qui ralenti le jeu, qu'en penses tu?

Fabien Gengenbacher :

Cette question m’énerve parce que relancer c’est quelque chose que j’aime bien. Quelques années en arrière je relançais trop. Maintenant le jeu au pied d’occupation pour les équipes adverses est de plus en plus précis avec des montées défensives de plus en plus précises. Il faut juger le rapport de force. Si on est seul à l’arrière et que nos co-équipiers sont à 40 m devant nous il faut savoir ré-inverser la pression. Moi si je pouvais relancer tous les ballons je le ferais même si je me ferais taper sur les doigts. Il faut essayer de relancer les bons ballons et il ne faut pas être tous seul à les relancer. C’est un état d’esprit qu’on essaye de cultiver. On ne peut pas relancer tous les ballons.


INTERNAUTES : Fabien, je voudrais savoir comment as tu fais pour développer un sens du jeu comme ça ? (tu es toujours bien placé!)

Fabien Gengenbacher :

La couverture du terrain fait partie de mon rôle. C’est une bascule qui s’articule à 3 joueurs avec les 2 ailiers. Il faut beaucoup de communication et de complémentarité. Avec les ailiers on parle tout le temps. Apres d’où ça vient je ne sais pas.

 

logo fcg ticket

 

2014-08-06-PUB-BILLETTERIE

FACEBOOK

Laurent BOUCHET Laurent BOUCHET

Né le : 23.08.1988
Position : Talonneur
Taille : 183 cm
Poids : 100 kg

logo fcg buky

 

logo fcg newsletter