× Fermer la vidéo

«Contrôler ce que nous pouvons contrôler»

  • Steven Setephano
  • FCG - SFP

Steven Setephano, le capitaine du FCG, fait son retour dans le XV de Grenoble, après une longue blessure l’ayant tenu éloigné des terrains pendant 3 mois

On ne t’a plus vu depuis un moment. Comment vas-tu ?

« Ça fait très longtemps. Mais c'est bon d'être de retour. »

Quelles blessures as-tu eu pendant cette période ?

« Au match contre le Stade Français, à l'échauffement, je me suis blessé à l'adducteur. Ça a été la première blessure. Et puis, en plus, J'ai eu une blessure au mollet. Et puis je me suis re-blessé au mollet, il y a environ trois semaines. Donc ça a été une période frustrante au bord des terrains. Mais le corps est guéri. Je vais très bien maintenant. »

Durant ton absence, le Club n’a pas gagné un match. Comment as-tu vécu cette période ?

« Évidemment, ce fut une période difficile pour le club, pour l'équipe et surtout pour les joueurs qui ont joué pendant ces trois mois, pour moi-même. Évidemment, essayer de revenir sur le terrain et de revenir avec le groupe a été au centre de mon attention, ma priorité. J'ai eu de la compassion pour les copains, nous avons travaillé sur beaucoup de choses pendant ce temps et, espérons-le, avec ces six ou sept derniers matchs que nous allons jouer, nous allons avancer. »

As-tu pu jouer ton rôle de capitaine durant cette période ?

« Ça a été évidemment assez difficile pour moi de contribuer réellement. J'étais 100% concentré sur mon corps et mon rétablissement, que je revienne sur le terrain aussi vite que possible, mais, partout où j'ai pu donner des conseils, individuellement ou collectivement, je l’ai fait. Et puis, il y a eu d'autres excellents membres du groupe qui ont assuré ce rôle. Il est juste dommage que nous n'ayons pas gagné. Cela peut être difficile pour un groupe.

Avec Leva Fifita et Loïc Godener, vous serez trois à faire votre retour après une longue absence…

« Pour nous trois, il s'agit d'apporter de l'énergie et, évidemment, nous sommes tous heureux de revenir dans le groupe. Il y aura un peu d’excitation. Pour terminer la saison fort parce que, pour nous trois, c'est à propos de comment nous pouvons contribuer à ce que l'équipe a déjà fait. Il y a de très bonnes choses que l'équipe a faites, mais il y a aussi du travail en cours que nous devons terminer. Pour nous, il est simplement important de revenir dans le groupe et d'être bons sur les bases. »

Quel est ton avis sur le Stade Français ?

« C'est une bonne équipe. Quand ils ont le ballon, ils peuvent envoyer du jeu. Ils peuvent battre n'importe quelle équipe sur une journée. Ils ont aussi montré qu'ils sont vulnérables, qu'ils peuvent perdre des matchs. Donc, comme je l'ai dit avant, il est important que ce groupe prenne le terrain le jour du match, que nous restons ensemble et que nous nous en tenons au plan de jeu et que nous avançons en groupe. Nous sommes simplement enthousiastes à propos de cette journée et sommes impatients de relever le défi. »

Agen a 9 points d’avance. Pour les rattraper, il n’y a plus le droit à l’erreur ?

« Nous en avons parlé en groupe. Il est important de savoir que nous ne pouvons pas vraiment contrôler ce que Agen fait de son côté. Évidemment, nous voulons terminer la saison en force en sachant que la 13e place jouera le match de barrage. Notre objectif, c'est semaine après semaine, match après match. Nous avons donc un défi devant nous en ce moment et c'est le Stade Français. Nous attendons avec impatience le Stade Français et produire une bonne performance dont nous pouvons être fiers.

Comme l’an dernier, l’hiver a été rude. Il faudra le même réveil que la saison passée ?

« Depuis que je suis ici, ça semble toujours avoir été le cas. Nous trouvons cela un peu difficile en hiver, mais le Top 14 est une compétition difficile. Toutes les équipes veulent battre tout le monde. Nous voulons simplement nous assurer que nous pouvons contrôler ce que nous pouvons contrôler sur le terrain et hors du terrain et lors de l'entraînement. Si nous pouvons venir ensemble, en groupe. Nous ne chercherons rien d'autre qu'une bonne performance. »