× Fermer la vidéo

«Leaders, mais pas favoris»

  • Pablo Uberti
  • SA XV - FCG

Le trois-quart centre du FCG, Pablo Uberti, nous livre son regard sur le début de saison du FCG et le déplacement du leader à Soyaux-Angoulême

Tu reviens dans l’équipe après une semaine de repos forcé.

« Ouais, c'est sûr que c'était un début de championnat un peu frustrant pour moi. Parce que je n'ai pas pu finir les matchs. Donc c'est vrai que là, je suis content de revenir. Surtout que ça va être pour un vrai challenge pour nous, pour toute l'équipe. Ouais, très content. »

Soyaux-Angoulême, c’est un déplacement test pour le FCG ?

« Bien sûr. C'est sûr que, pour l'instant, on a su faire quelques performances et, aussi, on est passé à côté. Contre une équipe du niveau d'Angoulême, ça va être un vrai test pour savoir si on a le mental pour confirmer les bonnes choses qu'on a pu faire auparavant. »

Vous allez vous déplacer en tant que leader de Pro D2. Vous aurez une pression supplémentaire ?

« Ouais, c'est ça. Leaders. Mais pas forcément favoris. Il n'y a pas de pression, non plus, à se mettre sur les épaules. C'est sûr, on veut garder notre place de leader. Maintenant, ça ne va pas se faire comme ça. C'est sûr que, pour nous, ça va être un vrai test. »

Quels progrès le FCG doit-il réaliser pour s’améliorer ?

« On est satisfait, déjà, de la réaction qu'on a pu avoir après Colomiers. En allant chercher deux victoires à l'extérieur. Maintenant, je pense qu'il nous manque un peu de mental sur les 15 dernières minutes. On a lâché le match à Mont-de-Marsan. Et je pense que, voilà, il nous manque un peu de mental. Et, aussi, il faut qu'on garde la tête sur les épaules. Même si on descend de Top 14, tous les matchs, tout se joue chaque week-end sur les matchs. Et il n'y a pas forcément de favori, pas de favori... »

Les fins de match, c'est à surveiller ?

« Oui, voilà, comme je le dis, c'est un peu notre point noir, cette année. De lâcher un peu les matchs. C'est dommage, parce qu'on aurait pu prendre de l'avance sur nos concurrents directs. Ce qu'il faut gommer, c'est ça. Ça se passe dans la tête, généralement. La fin des matchs... Il faut savoir rester dans le système. C'est dans la tête que ça se passe. Je pense que c'est ça qu'il faut travailler pour gommer ce point noir. »